Mise en pause d’Instagram Kids et développement d’outils de contrôle parental

By Adam Mosseri, PDG d’Instagram

27 septembre 2021

  • Bien que nous soyons convaincus du bien-fondé du développement d’Instagram Kids, nous mettons le projet en pause.
  • Nous mettrons ce temps à profit pour collaborer avec des parents, des experts et des autorités afin de démontrer la valeur de ce produit et le besoin auquel il répond.
  • Nous continuerons à développer des outils optionnels de contrôle parental pour les adolescents.

Nous souhaitions vous tenir au courant des efforts que nous mettons en œuvre pour développer une expérience Instagram destinée aux enfants de moins de 13 ans, souvent appelée « Instagram Kids ». Ce projet est né de la nécessité de répondre à un problème de taille observé dans notre secteur : les enfants reçoivent leur premier téléphone de plus en plus tôt, mentent sur leur âge et téléchargent des applications destinées à des utilisateurs de plus de 13 ans.

Nous avons la ferme conviction qu’il vaut mieux que les parents aient le choix d’autoriser ou non leurs enfants à accéder à une version d’Instagram qui leur est destinée (et dans laquelle les parents peuvent superviser et contrôler leur expérience), plutôt que de compter uniquement sur la capacité d’une application à vérifier l’âge d’enfants trop jeunes pour détenir une carte d’identité.

Nous le réaffirmons : cette expérience doit exister. Ceci étant dit, nous avons décidé de mettre en pause ce projet. Ainsi, nous aurons plus de temps pour collaborer avec des parents, des experts, des autorités et des organismes de réglementation, d’entendre leurs inquiétudes et de démontrer la valeur et l’importance de ce projet pour les jeunes adolescents qui s’aventurent en ligne de nos jours.

Les enfants sont déjà en ligne

Ceux qui portent un regard critique sur Instagram Kids y verront la confirmation que ce projet n’est pas une bonne idée. Ce n’est pourtant pas le cas. La réalité, c’est que les enfants sont déjà en ligne. De ce fait, nous avons la conviction de que le développement d’expériences adaptées à leur âge et conçues pour eux rend service aux parents, et ce bien plus qu’à l’heure actuelle.

Notre entreprise n’est d’ailleurs pas seule à le penser. Conscients de ces problèmes, nos pairs ont déjà créé des expériences destinées aux enfants. Les applications YouTube et TikTok disposent d’une version pour les utilisateurs de moins de 13 ans.

Nous n’avons pas l’intention de proposer une version qui ressemble à ce qu’est actuellement Instagram. Ce projet n’a jamais été destiné aux jeunes enfants, mais aux pré-adolescents de 10 à 12 ans. Pour s’inscrire, une autorisation parentale est nécessaire. Par ailleurs, aucune publicité ne sera diffusée sur la plate-forme, dont le contenu et les fonctionnalités seront adaptés à cette tranche d’âge. Les parents peuvent contrôler le temps passé par leurs enfants sur l’application et surveiller les comptes qui leur envoient des messages, ainsi que leurs abonnés et leurs abonnements. La liste est longue.

Développer des outils de contrôle parental

Dans le cadre de l’expérience Instagram Kids, une des fonctionnalités importantes est un moyen pour les parents de contrôler l’utilisation d’Instagram par leurs enfants. Malgré la mise en pause du développement d’Instagram Kids, nous poursuivrons nos efforts pour que les parents puissent surveiller les comptes de leurs enfants grâce à des outils étendus aux comptes des adolescents (à partir de 13 ans) inscrits sur Instagram.

Ces nouvelles fonctionnalités, que les parents et les adolescents ont le choix d’adopter, fourniront aux parents des outils pour façonner l’expérience de leurs adolescents. Nous vous ferons part de nos progrès dans les mois à venir.

Un seul mot d’ordre : la sécurité des adolescents

Un récent rapport du Wall Street Journal, qui portait sur nos recherches concernant l’expérience des adolescents sur Instagram, a soulevé de nombreuses questions auprès du public. Je vais être clair : je ne partage pas le point de vue de ce journal sur nos recherches. Ma collègue Pratiti en livre une analyse plus détaillée ici.

Nous menons ces recherches dans le but d’améliorer Instagram. Leurs résultats mettent donc inévitablement en lumière certains problèmes, mais ils nous poussent également à trouver de nouvelles idées et à changer Instagram. À titre d’exemple, on peut citer notre travail de premier plan contre le harcèlement en ligne, concrétisé par les fonctionnalités Restreindre, Mots masqués et Limites. Nous avons également apporté de récents changements pour rendre les comptes Instagram privés par défaut pour les utilisateurs de moins de 16 ans.

En outre, les recherches alimentent notre travail sur certaines questions telles que la perception négative du corps. La semaine dernière, nous avons annoncé mettre à l’étude 2 nouvelles idées. D’une part, suggérer aux internautes de regarder autre chose lorsqu’ils s’attardent sur du contenu qui pourrait les inciter à se comparer aux autres de façon négative. D’autre part, une fonctionnalité provisoirement appelée Faire une pause, qui permet aux utilisateurs de suspendre leur compte et de prendre un moment pour se demander s’ils emploient leur temps à bon escient.

J’ai 3 enfants. Rien n’est plus important dans ma vie que leur sécurité. J’entends les préoccupations que suscite ce projet et, si nous annonçons ces mesures aujourd’hui, c’est dans le but de prendre les bonnes décisions.

ARTICLES CONNEXES

Découvrez d’autres annonces